Home / Dégénérescence / Pour le 11 novembre, ces 3 femmes blanches chantent à propos de leur droit d’avoir la chatte poilue

Pour le 11 novembre, ces 3 femmes blanches chantent à propos de leur droit d’avoir la chatte poilue

Captain Harlock
Démocratie Participative
12 novembre 2021

 

Les commémorations du 11 novembre représentent un anachronisme dans le nouveau paradigme de la France post-française qui est voué à être liquidé prochainement – contrairement à celles du 8 mai 1945.

Selon tous les standards de la nouvelle bourgeoisie globalisée, la glorification de Français de souche utilisant la force létale pour protéger les frontières d’une invasion étrangère symbolise tout ce qui doit être oblitéré. En revanche, la célébration du 8 mai 1945 vivra encore longtemps pour les mêmes raisons : célébrer la défaite de l’incarnation du monde blanc combattant qu’est le Troisième Reich est un symbole central du Grand Remplacement.

Si ces commémorations du 11 novembre ont encore lieu, c’est en raison du poids des usages, de l’inertie culturelle du bloc démographique retraité et de la mystique démocratique que représente la guerre alliée contre les empires autoritaires.

Des signaux avaient déjà été donnés lors de la commémoration du centenaire de la bataille de Verdun, en 2016, lorsque le socialiste juif Joseph Zimet tenta d’organiser un concert de rap de BlackM suivi d’une profanation multiculturelle en règle des tombes des soldats morts au combat.

Le même Zimet mit en scène une négresse au pied de l’Arc de Triomphe lors du point d’orgue des cérémonies du centenaire devant des chefs d’état étrangers atterrés.

Le sens de 14-18 selon les juifs : danser sur les cadavres des hommes blancs

Tout ce qui représente l’homme blanc maître de son territoire doit être méthodiquement démantelé pour faire place à la société judéo-féministe repeuplée de gens marron.

Le juif Joseph Zimet

A l’ère des tiktokeuses, ce 11 novembre excite particulièrement la rage des vaginistes blanches.

Dans la vidéo ci-dessous, vous pouvez mesurer toute la profondeur dont sont capables les intéressées. Les 1,4 millions de jeunes Français broyés en quatre ans de guerre leur inspirent une chose : parler – littéralement – de leurs chattes.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Les Coquettes (@les_coquettes_off)

Les commémorations du 11 novembre, parce qu’elles évoquent exclusivement des guerriers blancs, rendent folles les nouvelles maîtresses de l’ordre social. Même une heure de célébrations pourtant réduites à l’état de folklore leur paraît un insupportable détournement d’attention.

Elles le vivent d’autant plus mal que les hommes blancs sont soudainement exposés à des images et à un message qui leur rappellent (aujourd’hui bien involontairement) que leurs anciens n’étaient pas des fiottes wokistes rasant les murs devant des hordes d’afro-maghrébins hostiles baisant des Blanches.

Dans cette vidéo, ces traînées satisfaites d’elles-mêmes comparent les tranchées de 14-18 à leur lutte pour garder leurs chattes velues, conformément à l’impératif féministe :

Ne rien faire gratuitement pour satisfaire l’homme blanc

Désolé à tous les Jean qui ont au contraire sacrifié gratuitement leurs vies pour leurs gamines : la gratuité n’est pas un concept féminin.

Ce piratage pornographique du 11 novembre par trois putes blanches a naturellement reçu tout ce qu’il faut de marques de validation.

Des milliers en moins d’un jour, pour être exact.

L’état-major trompe les gens.

Ils ne sont pas morts pour la patrie.

Les arrière-grands-pères des pétasses de Fronsse sont morts dans les tranchées pour qu’elles puissent parler de leurs chattes sur insta un siècle plus tard.

Et non, par définition, rien n’oblige les femmes libérées du patriarcat à quoi que ce soit.

Il est temps de se mettre à la page.

Il est également temps d’expliquer la véritable fonction des hommes blancs qui sont encore sous les drapeaux de l’armée de la République : assurer au péril de leur vie la livraison ordonnée de mâles de couleur aux Blanches restées en France.

Il leur faut tenir le Mali aussi longtemps que possible, le temps pour les courageux hommes maliens de venir les remplacer dans les lits des Françaises à la chatte bravement poilue.

Un remerciement spécial au juif Cyril Taieb pour sa contribution à l’éradication mémorielle des mâles cis blancs.

Je suis sûr que ce Taieb adorera une salsa brésilienne au mémorial de la shoah sur le thème du pyjama rayé.

Commentez l’article sur EELB.su