Home / Dégénérescence / MADAME LA COLONELLE : la Gendarmerie fait son coming-out woke féministe et « genre » enfin ses grades !

MADAME LA COLONELLE : la Gendarmerie fait son coming-out woke féministe et « genre » enfin ses grades !

Captain Harlock
Démocratie Participative
29 octobre 2021

 

La Gendarmerie (post)Nationale adhère désormais officiellement au wokisme jusque dans son utilisation de l’orthographe.

Une COLONELLE forte et indépendante !

A la plus grande surprise de personne, il a suffi de nommer une femme porte-parole pour qu’elle privatise cette fonction et en fasse un truc vaginocentrée.

Le solipsisme des femmes n’est pas optionnel.

Bienvenue dans le nouvel ordre vaginocratique où les femmes réécrivent les règles – et l’orthographe.

Là où les femmes réécrivent les règles, les émotions prennent le pas sur la raison.

Les moins observateurs n’y verront qu’un superficiel effet de mode pour être politiquement correct.

Les hommes au jugement aiguisé y verront le signe immanquable de la fin. Par fin, j’entends l’effondrement complet de la civilisation occidentale, France incluse donc. Une société peut survivre – très difficilement – au communisme économique. Elle ne peut pas survivre au communisme anthropologique.

Ce truc est tout sauf anodin. Il démontre que le fémo-LGBTisme a fini de subvertir les corps régaliens, masculins par essence, et que les hommes qui s’y trouvent ne sont plus que des exécutants dociles de la vaginocratie organisée, elle-même sous la botte de la gouvernance globaliste. Autrement dit, le processus démocratique est arrivé à sa conclusion logique.

Au moindre signe d’opposition à la dégénérescence, un officier sera cassé.

Si vous portez (encore) un uniforme, vous allez apprendre qui est votre nouveau maître plus vite que vous ne pensez.

Pour ceux qui en interne nourriraient encore l’idée naïve d’une « restauration » des polarités sexuelles naturelles : non, il n’y aura pas de retour en arrière. D’abord parce que les hommes blancs de ces structures ne le veulent pas. Il ne leur vient même pas à l’esprit de s’y opposer, la reprogrammation féministe étant finalisée. Ensuite, femmes et homosexuels marchent main dans la main et pour parfaire le tout, les loges veillent à ce que le programme de subversion soit appliqué avec rigueur.

L’armée, dont la Gendarmerie fait partie, est intégrée dans le système et doit donc s’aligner idéologiquement sur le système.

D’ailleurs, l’idée de briser les réseaux féministes et LGBT est si peu répandue qu’aucun média sauf nous n’appelle explicitement à les purger en déportant ses membres dans des camps de travail. Au mieux, vous avez quelques individualités qui s’en plaignent, mais pas au point d’appeler à des purges à grande échelle.

Le féminisme est désormais dans le code source de l’Etat.

La première conséquence de cette désintégration morale et idéologique de la Gendarmerie (prochainement de l’armée) est que les forces masculines latentes dans la société, notamment islamiques, vont inévitablement prendre l’ascendant quand l’Etat sera financièrement paralysé par l’implosion de sa dette. Sauf exceptions, le commandement sera complètement démoralisé, repeuplé par des cruches, des pédés et des métèques agissant comme une cinquième colonne.

Des officiers mécontents tenteront des trucs, mais ce sera marginal. L’armée a été judaïsée par Dreyfus, elle s’est ralliée à la république des loges en 14, a fini de pourrir en rejoignant De Gaulle après 1944 pour être définitivement nettoyée après l’échec du Putsch d’Alger en 1962. Maintenant, elle est soumise à l’orthodoxie wokiste.

J’entends d’ici des militaires brailler : JAMAIS !

Si, si. Vous pourrez faire des blagues sur les fiottes en tout petit comité, autour de quelques bières, mais pas dans les rangs.

Quand on appartient à une armée antifa fondée sur le résistantialisme gaullo-communiste de 1944, on doit avaler son sandwich à la merde en entier.

La France a simplement un peu de retard sur le programme anal US.

La question, c’est combien de temps avant que le drapeau de l’internationale anale ne soit fièrement déployé par des gouines fortes et indépendantes et des travelos sur les Champs Elysées le 14 juillet ?

A mon avis, pas plus de quelques années.

C’est déjà en train de devenir un show intersectionnel.

Pour ma part, je répéte ce que j’ai déjà dit : je ne donne pas dix années aux démocraties occidentales avant qu’elles n’implosent sur le modèle de l’URSS.

Donnez le pouvoir aux femmes et en une génération, la société est détruite.

Demain matin, le monde peut fonctionner sans les femmes. En revanche, sans les hommes, les centrales nucléaires tombent en panne, les sous-marins coulent, plus aucune voiture ne sort d’usine, aucune récolte n’a lieu.

Mettre les femmes au pouvoir revient à ça, en différé.

Les gens peuvent voter ce qu’ils veulent, quand ils votent encore, c’est sans importance. On ne peut pas voter sa sortie d’une voiture lancée à 200 km/h contre un mur.

Pas plus qu’en 1917 dans la Russie des Tsars, les gens de l’appareil ne perçoivent que la machine ne peut plus tenir.

Quand l’implosion aura lieu, les états occidentaux auront disparu pour céder la place à des blocs ethniques, religieux et raciaux de différentes tailles. La situation sera extrêmement volatile et tout sera à rebâtir depuis le début sur des conceptions post-démocratiques, c’est-à-dire racistes et aristocratiques.

Fascistes, si vous préférez.

En attendant, appréciez le spectacle des femmes aux commandes. Vous ne vous ennuierez pas.

Commentez l’article sur EELB.su