Home / Décryptage / Lié à Bill Gates, le scientifique de l’OMS qui enquêtait sur l’origine du Covid pilotait à Wuhan un programme de modification des coronavirus capable de tuer 30% de la population mondiale

Lié à Bill Gates, le scientifique de l’OMS qui enquêtait sur l’origine du Covid pilotait à Wuhan un programme de modification des coronavirus capable de tuer 30% de la population mondiale

Captain Harlock
Démocratie Participative
22 septembre 2021

Nos lecteurs savent que le Covid19 est un virus modifié en laboratoire.

Maintenant nous savons qu’il est le fruit d’un programme paramilitaire de guerre biologique mené en sous-main par Bill Gates avec l’aide de l’US Army et de scientifiques anglo-américains.

Le laboratoire de Wuhan est la couverture qui a été choisie pour l’opération.

The Telegraph :

Des scientifiques de Wuhan et des États-Unis prévoyaient de disséminer des particules de coronavirus aéroportées améliorées dans les populations de chauves-souris chinoises afin de les inoculer contre des maladies également susceptibles de contaminer les humains, montrent des propositions de subventions divulguées datant de 2018.

De nouveaux documents montrent que 18 mois seulement avant l’apparition des premiers cas de Covid-19, les chercheurs avaient soumis des plans pour libérer des nanoparticules pénétrant la peau et des aérosols contenant de « nouvelles protéines spikes chimériques [hybridées en laboratoire] » de coronavirus de chauve-souris dans les chauves-souris des grottes du Yunnan, en Chine.

Ils prévoient également de créer des virus chimériques, génétiquement améliorés pour infecter plus facilement les humains, et ont demandé 14 millions de dollars à la Defense Advanced Research Projects Agency (Darpa) pour financer leurs travaux.

Quand les premiers observateurs ont évoqué en détail la thèse de l’origine artificielle du virus dès 2020, le cartel médiatique a riposté avec ses « fact checkers » pour expliquer que tout était faux.

Comme le journal juif Le Monde.

Ces fact checkers sont des plumitifs stipendiés pour mentir au même titre que les autres.

Des normies radicalisés.

Les documents, dont l’authenticité a été confirmée par un ancien membre de l’administration Trump, montrent qu’ils espéraient introduire des « sites de clivage spécifiques à l’homme » dans les coronavirus de chauve-souris, ce qui permettrait au virus de pénétrer plus facilement dans les cellules humaines.

Lorsque le Covid-19 a été séquencé pour la première fois, les scientifiques se sont demandés comment le virus avait pu développer une telle adaptation spécifique à l’homme au niveau du site de clivage de la protéine spike, qui est la raison pour laquelle il est si infectieux.

Les documents ont été publiés par Drastic, l’équipe d’investigation en ligne mise en place par des scientifiques du monde entier pour étudier les origines du Covid-19.

Dans une déclaration, Drastic a déclaré : « Étant donné que nous trouvons dans cette proposition une discussion sur l’introduction prévue de sites de clivage spécifiques à l’homme, un examen par la communauté scientifique au sens large de la plausibilité de l’insertion artificielle est justifié. »

La proposition prévoyait également de mélanger des souches de coronavirus naturels à haut risque avec des variétés plus infectieuses mais moins dangereuses.

L’offre a été soumise par le zoologiste britannique Peter Daszak de l’organisation américaine EcoHealth Alliance, qui a travaillé en étroite collaboration avec le Wuhan Institute of Virology (WIV) dans le cadre de recherches sur les coronavirus des chauves-souris.

Parmi les membres de l’équipe figuraient le Dr Shi Zhengli, la chercheuse du WIV surnommée « femme chauve-souris », ainsi que des chercheurs américains de l’université de Caroline du Nord et du National Wildlife Health Centre de l’United States Geological Survey.

La Darpa a refusé de financer les travaux, déclarant : « Il est clair que le projet proposé par Peter Daszak aurait pu mettre en danger les communautés locales », et a averti que l’équipe n’avait pas correctement pris en compte les dangers de l’amélioration du virus (gain de la recherche fonctionnelle) ou de la diffusion d’un vaccin par voie aérienne.

Les documents relatifs à la subvention montrent que l’équipe avait également certaines inquiétudes concernant le programme de vaccination et a déclaré qu’elle « mènerait des actions de sensibilisation … afin que le public comprenne ce que nous faisons et pourquoi nous le faisons, notamment en raison de la pratique de la consommation de chauves-souris dans la région ».

Angus Dalgleish, professeur d’oncologie à l’Université St Georges de Londres, qui s’est battu pour faire publier des travaux montrant que l’Institut de virologie de Wuhan (WIV) effectuait des travaux de « gain de fonction » depuis des années avant la pandémie, a déclaré que la recherche aurait pu se poursuivre même sans le financement.

« Il s’agit clairement d’un gain de fonction, de l’ingénierie du site de clivage et du polissage des nouveaux virus pour améliorer l’infectiosité des cellules humaines dans plus d’une lignée cellulaire« , a-t-il déclaré.

M. Daszak est également à l’origine d’une lettre publiée dans The Lancet l’année dernière, qui a mis fin au débat scientifique sur les origines du Covid-19.

En résumé, Daszak était à la tête d’un programme d’armement biologique visant à modifier des coronavirus d’origine animale pour les rendre plus mortels, plus infectieux et surtout transmissibles à l’homme.

Après le déclenchement de la pandémie, il a fait partie de la délégation de l’OMS envoyée à Wuhan pour « faire la lumière » sur l’origine du Covid19 – en réalité faire diversion pour maquiller son implication et celle, évidente, de Bill Gates et de services britanniques et américains.

Cette visite a été largement mise en avant par Le Monde, la pravda de l’oligarchie en France.

Dès février 2020, le juif Marc Gozlan reprenait dans Le Monde les déclarations de Daszak selon lesquelles une transmission naturelle entre la chauve-souris et l’homme était à l’origine du Covid19.

En juin 2021, Foucart, chargé par la direction juive du Monde de maintenir la thèse de l’origine « naturelle » du Covid19, s’emportait contre le consensus solidement établi depuis plus d’un an sur l’origine artificielle du Covid19. Tous étaient qualifiés « d’idiots utiles de Pékin ».

C’est que Foucart est lui-même un idiot utile des juifs.

Comme à l’OMS, Daszak a été chargé par la revue scientifique The Lancet de déterminer la version « officielle » sur l’origine du Covid19. La même revue qui a été prise en flagrant délit de manipulation à propos de l’efficacité de la chloroquine dans le but de promouvoir la vaccination globale voulue par l’oligarchie.

Si Le Monde insiste tant pour que personne en France ne cherche ce qui s’est passé dans le laboratoire de Wuhan sous la direction de Daszak, c’est parce que ce laboratoire a été créé par le juif Yves Lévy, le mari d’Agnès Buzyn, l’ex-femme du fils de Simone Veil.

Ce n’est pas un hasard si c’est la juive Buzyn qui était ministre de la Santé lorsque la pandémie a été déclenchée avec cet armement biologique.

Ce n’est pas davantage un hasard si elle a été exfiltrée en Suisse auprès de l’OMS par la suite.

Quoique officiellement d’origine ukrainienne du côté paternel, Daszak a nettement des traits juifs. Je ne sais pas s’il est juif, mais il a un phénotype juif, extrêmement juif.

Maintenant vient la partie vraiment cruciale : le Covid19 n’était qu’un modèle de virus bénin comparativement à ceux que l’équipe de ce Daszak voulait mettre au point.

Le vicomte Ridley, qui a coécrit un livre sur l’origine de Covid-19, dont la sortie est prévue en novembre, et qui a fréquemment demandé une enquête plus approfondie sur les causes de la pandémie à la Chambre des Lords, a déclaré : « Pendant plus d’un an, j’ai essayé à plusieurs reprises de poser des questions à Peter Daszak, sans obtenir de réponse. Il s’avère aujourd’hui qu’il était l’auteur de cette information vitale sur le travail du virus à Wuhan, mais qu’il a refusé de la partager avec le monde entier. Je suis furieux. Le monde devrait l’être aussi. Peter Daszak et l’EcoHealth Alliance (EHA) ont proposé d’injecter des coronavirus chimériques mortels de chauve-souris collectés par l’Institut de virologie de Wuhan à des souris humanisées et « chauve-sourisées », et bien plus encore. »

Un chercheur de Covid-19 de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), qui a souhaité rester anonyme, a déclaré qu’il était alarmant que la proposition de subvention comprenne des plans pour améliorer la maladie plus mortelle du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (Mers).

« Ce qui est effrayant, c’est qu’ils fabriquaient des virus chimériques infectieux du Mers », a déclaré la source.

« Ces virus ont un taux de létalité supérieur à 30 %, ce qui est au moins d’un ordre de grandeur plus mortel que le Sars-CoV-2. Si l’un de leurs récepteurs de remplacement permettait à Mers de se propager de manière similaire, tout en conservant sa létalité, cette pandémie serait presque apocalyptique. »

EcoHealth Alliance et l’Institut de virologie de Wuhan ont été sollicités pour des commentaires.

Vous ne serez pas surpris d’apprendre que l’ONG EcoHealth Alliance est financée par la Fondation Bill et Melinda Gates.

Avec un virus de type Mers modifié en laboratoire, nous arrivons à des niveaux de létalité à même de dépeupler massivement les pays où il serait diffusé.

Bill Gates avait déclaré il y a quelques mois sur un ton très amusé, « la prochaine [pandémie] attirera l’attention la prochaine fois ».

C’est là que la formule du juif Jérôme Salomon prend tout son sens.

La Chine est accusée de mentir sur tout, en permanence, par ce système. Mais quand on lit la note officielle de l’ambassade de Chine sur les accusations américaines, on est frappé de voir l’extraordinaire justesse des réponses du gouvernement chinois.

Tout s’y trouve.

Ambassade de Chine en France :

Ce sont des instituts de recherche américains qui ont créé artificiellement des coronavirus à haut risque. Ralph Baric entretient une coopération étroite de long terme tant avec l’Institut de recherche médicale sur les maladies infectieuses de l’Armée américaine (USAMRIID), un institut basé à Fort Detrick et spécialisé dans la recherche virologique, qu’avec l’Installation de recherches intégrées (IRF) rattachée à l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses (NIAID). Un grand nombre d’articles de recherche scientifique montrent que Ralph Baric a mené de nombreuses études sur les coronavirus en collaboration avec l’USAMRIID. Les « ressources » de coronavirus et la technologie de modification de virus dont Ralph Baric disposait ont été largement utilisées à Fort Detrick. Selon un article publié dans la revue scientifique Nature en 2018, un chercheur de Fort Detrick avait collaboré avec Ralph Baric pour infecter des singes avec le MERS-CoV génétiquement modifié. En décembre 2019, avant l’éclatement de l’épidémie de la COVID-19, Peter Daszak, président de l’EcoHealth Alliance, une ONG basée à New York, a admis dans une interview avec This Week in Virology que son alliance avait coopéré avec Ralph Baric et l’Université de Caroline du Nord pour modifier les coronavirus en laboratoire à l’aide de la technologie génétique, afin que les virus puissent conquérir les cellules humaines. Après avoir étudié plus de 100 espèces de virus similaires au SRAS-CoV, ils ont découvert que certains virus peuvent provoquer des maladies graves qui sont incurables et insensibles aux vaccins.

Le système dispose déjà de ce virus Mers modifié génétiquement. Le dispositif de dissémination, identique à celui du Covid19, est vraisemblablement opérationnel et prêt à frapper aux quatre coins de la planète.

Le Covid19 est tout droit sorti de l’arsenal globaliste pour les besoins de la guerre bioterroriste internationale que mène l’oligarchie. La question est de savoir si le système va utiliser ce nouveau virus – ultra létal cette fois – pour parachever son plan de prise de contrôle radical des sociétés.

J’ai tendance à penser que cela se décide en ce moment même.

Commentez l’article sur EELB.su