Home / Dégénérescence / Le parlement allemand accueille ses premiers travelos, nègres et négresses, la journaliste de France 24 Anne Maillet s’enthousiasme !

Le parlement allemand accueille ses premiers travelos, nègres et négresses, la journaliste de France 24 Anne Maillet s’enthousiasme !

Captain Harlock
Démocratie Participative
27 octobre 2021

L’Allemagne juive est en mode turbo Weimar et les journalistes fronssaises plébiscitent.

France 24 :

Plus de jeunes, plus de députés issus de l’immigration… La nouvelle chambre des députés allemands tient, mardi, sa première session, et c’est un Bundestag plus divers qui fait sa rentrée. Sur les 735 députés, 83 sont issus de l’immigration et près d’un tiers de la représentation fédérale a moins de 40 ans. Seul bémol, la représentation des femmes, qui ne constituent encore que 24 % de l’assemblée.

Anne Maillet, la journaliste de FRONSSE 24 à Berlin, insiste sur ce dernier point : il n’y a pas assez de femelles castratrices au parlement allemand.

Curieusement, tous les journalistes du système ressentent un besoin irrépressible de mettre des photos de profil avec leur MASQUE.

D’ailleurs, je me demande pourquoi elle fait le lien entre le nombre de gens marron dans ce parlement et le nombre de femmes blanches au pouvoir ?

Plus de jeunes, plus de femmes, plus d’élus issus de l’immigration : la nouvelle chambre des députés allemands, qui tient, mardi 26 octobre, sa première session, fait souffler une brise de diversité mais est encore loin de refléter la société.

IL N’Y A PAS ASSEZ DE GENS MARRON !

Son nom de jeune fille doit être Shekelstein

JE VEUX PLUS DE GENS MARRON !

Un mois après les législatives du 26 septembre, c’est l’heure de la rentrée pour les 736 élus du Bundestag. Cette assemblée aura la responsabilité de désigner officiellement le nouveau chancelier, très probablement Olaf Scholz, lorsque son Parti social-démocrate (SPD), vainqueur du scrutin, aura bouclé ses négociations de coalition avec les écologistes et les libéraux.

En attendant de voir son successeur s’installer à la chancellerie, Angela Merkel prendra place mardi à la tribune d’honneur du Parlement : son gouvernement n’est plus en charge que des affaires courantes et elle-même, pour la première fois en 31 ans, n’a pas brigué de mandat de député.

Chez les 118 députés Verts, troisième groupe derrière les conservateurs et les sociaux-démocrates, les deux plus jeunes élus ont 23 ans.

Les jeunes électeurs ont largement porté ce renouvellement. Ils ont principalement plébiscité les écologistes, mais aussi les libéraux, comme la députée Ria Schröder (FDP, parti libéral), très active sur les réseaux sociaux. « Je reçois beaucoup de messages et ça permet de mesurer ce qui est important pour les électeurs », explique-t-elle à France 24. De ce nouveau Parlement, la jeune députée espère de grandes avancées, notamment sur l’éducation, le numérique, la protection du climat et l’innovation, dit-elle. « Je veux qu’on fasse de grands pas en avant et qu’on ne se contente pas du plus petit dénominateur commun. Qu’on soit courageux. »

Autre sensation en Allemagne : une femme noire va pour la première fois siéger au Bundestag.

Membre des Verts, Awet Tesfaiesus, 47 ans, est née en Érythrée. Arrivée en Allemagne à l’âge de 10 ans, cette avocate de Kassel (centre) a consacré sa carrière à défendre les droits des immigrés et des réfugiés.

« Nous avons besoin de diversité dans ce pays », plaide-t-elle dans un entretien à l’AFP. « Nous avons besoin que les personnes victimes de racisme soient mieux représentées. »

Awet Tesfaiesus, une africaine affiliée à la gauche écolo-féministe qui a fait de l’argent en aidant d’autres allogènes à envahir l’Allemagne, veut que les allogènes aient davantage de pouvoir pour remplacer plus rapidement les Blancs.

Awet Tesfaiesus parle des sujets qui intéressent les Allemands de base

C’est vraiment inattendu.

C’est comme si ces noirs étaient très conscients des dynamiques raciales et de leurs intérêts de groupe et qu’ils étaient aidés par le système pour les faire passer avant les intérêts des autochtones. Tout ça pendant que ces mêmes autochtones sont persécutés quand ils font de même.

Mais le plus important, c’est qu’Anne Maillet, payée par les contribuables français, adore.

Ce n’est pas tout.

Anne a encore d’autres Pokémons pour nous.

Avec Karamba Diaby, d’origine sénégalaise, qui fut le premier député noir élu dans l’ex-RDA, et Armand Zorn, arrivé du Cameroun à l’âge de 12 ans, ils seront les trois seuls noirs dans une assemblée largement dominée par des hommes et des blancs.

OMG DES HOMMES ET DES BLANCS EN ALLEMAGNE ! 😱 😱 😱

Il y a un fil commun.

Ces femmes blanches journalistes ne cachent nullement leur envie de nous voir nous faire génocider par l’envahisseur afro-musulman.

Elles nous le disent dans tous les médias avec le plein appui du système qui fait leur promotion.

Armand Zorn (SPD) fait partie des 735 députés du nouveau Parlement allemand. « Il y a beaucoup de fierté, mais je ressens aussi la responsabilité », confie-t-il à France 24. Ce dernier a rejoint le parti social-démocrate en 2011 et fera désormais la navette entre sa circonscription de Francfort et le Parlement à Berlin.

« Il faut aussi avouer que lorsque l’on voit les anciennes assemblées parlementaires, franchement, il n’y avait pas beaucoup de représentation. Du coup, on vient de très loin et ce petit saut en avant représente beaucoup », poursuit-il.

Anne Maillet aime beaucoup Armand le camerounais.

C’est sûrement parce qu’elle fantasme de se faire violer par des envahisseurs négroïdes sur un tas de cadavres d’hommes blancs.

Comme lui, 83 députés du nouveau Parlement sont issus de l’immigration. Et près d’un tiers de la représentation fédérale a moins de 40 ans.

En effet, le nombre de députés d’origine étrangère augmente. Aujourd’hui, ils représentent 11,3 % du Bundestag, contre 8,2 % (58 députés) dans la précédente assemblée.

« Nous assistons à un réveil en politique », constate ainsi Deniz Nergiz, directrice du Conseil fédéral de l’Immigration et de l’Intégration (BZI) qui promeut la participation politique de personnes d’origine étrangère.

Deniz Nergiz dont Anne nous dit le plus grand bien est une créature d’Anatolie mandatée par Erdogan pour maximaliser l’invasion islamique en Allemagne.

Ce que l’on appelle « un réveil politique » en démocratie.

Et puisque l’on parle désormais d’islam, Anne est aussi très sensible à la place de cette religion de paix et d’amour dans la société allemande.

Également parmi les nouveaux élus : Lamya Kaddor, qui donne des cours de religion islamique dans des écoles de la Ruhr, un sujet âprement discuté ces dernières années en Allemagne.

Anne adore les cours d’islam donnés par des syriennes obèses comme Lamya Kaddor.

Vous trouverez cette passion pour l’islam ultra patriarcal contradictoire avec le ton féministe de l’article.

C’est qu’en réalité, il n’a jamais été question de « féminisme » au sens où il est compris par les naïfs. Pour ces femmes blanches, il s’agit uniquement d’ouvrir les portes aux conquérants mahométans pour qu’ils viennent les satisfaire sexuellement en les violant après avoir assassiné un maximum de beta blancs.

Quand vous avez compris ça, vous avez compris le « féminisme ».

C’est l’exacte raison pour laquelle toutes ces femmes blanches font systématiquement le lien entre le nombre de femmes infiltrées dans le système politique et le nombre d’allogènes installés dans un pays blanc : plus elles ont de pouvoir, plus elles ouvrent les portes aux mâles allogènes.

Mais même avec plus de diversité, le Bundestag est encore loin de représenter la société allemande. « Nous sommes encore loin derrière les 26 % (de personnes d’origine étrangère) dans l’ensemble de la société« , explique Deniz Nergiz.

Le même constat peut être dressé pour le nombre de députées, largement sous-représentées dans un pays qui vient pourtant d’être gouverné pendant 16 ans par une femme. Elles ne constituent encore que 24 % de l’assemblée contre 20 % sous la précédente législature.

Pour la troisième fois seulement, le Bundestag va être présidé par une femme : la socialiste Bärbel Bas, 53 ans, devrait succéder à l’incontournable Wolfgang Schäuble, membre du Bundestag depuis… 1972.

Et d’importantes disparités subsistent entre partis. Les Verts compteront une majorité de femmes (59 %) dont deux femmes transgenre, Tessa Ganserer et Nyke Slawik. Dans le parti d’extrême droite Alternative pour l’Allemagne (AfD), elles ne représentent que 13 % des députés.

En 76 ans, quelque chose s’est passé en Allemagne qui se reflète dans son parlement.

Ce quelque chose est le niveau de testostérone médian dans les travées du Reichstag, appelé par cette république gay « Bundestag ».

Si les femmes blanches adorent les travelos, c’est parce qu’ils sont le produit final de la rééducation féministe et que ces hommes blancs châtrés (littéralement) ne les concurrenceront pas sexuellement et ne les empêcheront pas d’organiser l’invasion des mâles de couleur.

Le déséquilibre sexuel – au sens propre comme au sens figuré – entre la droite nationaliste et les écolo-gauchistes résume parfaitement la situation allemande : 13% de femmes pour les nationaux contre 59% pour les gauchistes.

Le vote de gauche est fondamentalement un vote de femmes blanches (plus d’aides sociales pour conforter leur hypergamie, plus de mâles basanés).

Le vote nationaliste est fondamentalement un vote masculin et de mâles alpha (plus de contrôle territorial).

Bien sûr des femmes blanches votent à droite et des hommes blancs votent à gauche, mais la nature psychologique de ce vote reste inchangé : les hommes et les femmes qui acceptent leur nature sexuelle et sa fonction votent tendanciellement à droite, ceux qui nient les polarités sexuelles votent tendanciellement à gauche.

Quand vous voyez en France le principal parti de droite dite « nationale » dirigé par une rombière castratrice comme Marine Le Pen, vous savez d’instinct que ce parti ne fera jamais rien qui puisse répondre à l’impératif masculin propre à ce vote.

C’est pour ça que Zemmour peut capitaliser en ce moment sur la frustration des mâles blancs, excédés par la dévitalisation et la dévirilisation que Marine Le Pen a entraîné en accédant à la tête du FN.

La société allemande, comme toutes les sociétés occidentales, est en train d’être détruite par la féminisation qu’elle traverse et cela n’est possible que parce qu’il y a trop peu de mâles alpha pour les tenir brutalement en laisse.

C’est le résultat inévitable de la démocratie et de l’égalitarisme.

Si vous laissez les femmes blanches diriger, elles anéantiront des millénaires de civilisation en quelques décennies pour pouvoir faire des selfies sur Insta.

L’homme qui sous-estime la soif de destruction des femmes est un homme condamné à brève échéance.

Toute discussion politique sérieuse doit commencer par ce postulat : les femmes à la cuisine. Le droit de vote des femmes est la plus grande catastrophe de l’histoire occidentale et il conditionne l’effondrement du monde blanc.

Si vous refusez de renvoyer ces femmes blanches à la cuisine, vous aurez l’islam.

Personnellement, je ne donne pas plus de dix ans à vivre à ces « démocraties » féministes.

Commentez l’article sur EELB.su