Home / France / Le nombre de personnes admises en réanimation à cause du Covid a atteint le chiffre astronomique de 5% en 2020

Le nombre de personnes admises en réanimation à cause du Covid a atteint le chiffre astronomique de 5% en 2020

Captain Harlock
Démocratie Participative
12 novembre 2021

 

Voilà, c’est terminé.

Tout est fini.

Mais bien sûr, tout va continuer.

Après deux ans, tout est finalement révélé : il n’y a jamais eu de pandémie apocalyptique ni d’hôpitaux saturés. Il n’y a jamais eu plus de 5% des personnes en réanimation pour des cas de COVID19.

C’est ce que nous disions ici à l’époque et c’est ce que montraient les quelques personnes qui s’étaient introduites dans les hôpitaux durant la première vague imaginaire.

Les réactions des femmes blanches accrochées à BFMTV étaient toujours les mêmes.

Les juifs ont construit leur campagne de terreur sur ce seul et unique truc : la soi-disant « saturation » des hôpitaux.

« Les hôpitaux vont être saturés si nous n’enfermons pas tout le monde ! »

« Les hôpitaux vont être saturés si nous ne vaccinons pas tout le monde ! »

La facilité avec laquelle plus de 50 millions de goyim stupides ont consommé avec avidité le plus spectaculaire mensonge depuis le mythe de l’holocauste donne le tournis.

Pour les juifs, c’est comme la redécouverte de la Terre Promise. Même dans leurs rêves les plus fous, ils n’auraient jamais imaginé qu’autant de goyim auraient gobé en un temps aussi court un mensonge aussi énorme qu’une simple visite dans un CHU suffisait à dégonfler.

Je n’ose imaginer les espérances qu’ils nourrissent depuis deux ans.

Pour l’holocauste, les conditions étaient somme toutes plus difficiles à remplir puisqu’il fallait être à Auschwitz entre 1942 et 1944 pour comprendre l’arnaque, même si le simple bon sens suffit à mesurer l’absurdité de cette histoire d’insecticide. Mais là, n’importe qui peut voir la supercherie, mais en dépit de cela 90% de la population a cru aveuglément les mensonges des Hirsch, Buzyn, Sabban, Salomon, Lévy, Crémieux et consorts.

C’est certainement l’expérience sociale la plus spectaculaire de l’histoire humaine.

Les juifs ne s’en sont pas contentés, ils ont même ajouté l’humiliation des goyim à leur programme. Ils les ont convaincu d’ouvrir leurs fenêtres tous les soirs pour taper sur des casseroles dans l’espoir de vider des hôpitaux déjà vides et de mesurer de cette façon jusqu’à quel point on pouvait faire faire n’importe quoi à ces sous-hommes.

Les juifs ont raison : 90% de cette viande n’est que du bétail. Mais les juifs le mènent par le bout du nez grâce au mythe démocratique, c’est la grande différence. La dictature du juif repose sur la stupidité illimitée du troupeau démocratique.

Et les « soignants » ont activement aidé les médias à terroriser la population avec des alertes mensongères.

D’ailleurs, ils continuent.

Pourquoi s’en priver ?

Les médias vont continuer de parler d’hôpitaux saturés totalement vides et décréter l’absolu nécessité de vacciner des enfants qui ne sont jamais malades du Cohen19 pour qu’ils ne répandent plus un virus bénin que le vaccin n’empêche pas de répandre.

On peut dire ce qu’on veut des juifs – et j’en dis beaucoup – mais on doit reconnaître qu’ils sont très bons dans ce qu’ils font, à savoir escroquer les goyim stupides.

Peu importe que nous ayons raison sur tout ici, depuis l’origine artificielle de ce virus jusqu’à la sévérité des effets secondaires du faux vaccin de (((Pfizer))) en passant par le mythe des hôpitaux saturés, l’immense masse du bétail zombifié va continuer de croire aveuglément ses maîtres juifs. Ils vont plébisciter le maintien perpétuel du passeport sanitaire et se faire injecter deux ou trois fois par an tout en dénonçant les complotistes qui ne comprennent rien à la science et à ses casseroles magiques qui vident les hôpitaux vides saturés.

Comme j’ai déjà eu l’occasion de le dire : le défi pour nous est de trouver le moyen de coexister au quotidien à côté des zombies.

La campagne est l’option la plus évidente pour qui veut éviter d’avoir à subir cette sous-humanité en phase terminale.

Commentez l’article sur EELB.su