Home / Les dernières actualités / « Je regrette d’avoir fait le vaccin » : atteint de lourds effets secondaires, la carrière du tennisman Jérémy Chardy compromise par le vaccin Pfizer

« Je regrette d’avoir fait le vaccin » : atteint de lourds effets secondaires, la carrière du tennisman Jérémy Chardy compromise par le vaccin Pfizer

Captain Harlock
Démocratie Participative
27 septembre 2021

Il a cru au vaccin, lol

France Bleu :

Jérémy Chardy ne sait pas quand il pourra reprendre le tennis. Le tennisman de Boeil-Bezing, 73e mondial, annonce à l’AFP être contraint de suspendre sa saison, en raison dit-il d’une réaction au vaccin Pfizer contre le covid. Vacciné entre les JO de Tokyo et l’US Open, Jérémy Chardy a eu du mal à s’en remettre : « Depuis que j’ai eu mon vaccin, j’ai un problème, j’enchaîne les galères. Du coup, je ne peux pas m’entraîner, je ne peux pas jouer ». Il décrit de violentes douleurs partout dans le corps dès qu’il fait un effort physique.

Le Béarnais s’inquiète forcément, car il sait aussi qu’à 34 ans, ses semaines au meilleur niveau sont comptées : « Dans la tête c’est difficile parce que je ne sais pas combien de temps ça va durer. Pour l’instant, ma saison est arrêtée et je ne sais pas quand je reprendra, je suis peut-être un petit peu négatif mais c’est la première fois que me traverse l’esprit l’idée que la saison prochaine est peut-être ma dernière. J’y pense. C’est difficile parce que je me faisais plaisir et j’avais envie de jouer plus longtemps ».

Le tennisman explique aussi avoir consulté plusieurs médecins : « J’ai été voir deux docteurs, j’ai fait des tests donc je sais ce que j’ai et le plus important c’est de me soigner. Je préfère même prendre plus de temps pour me soigner et être sûr que dans le futur je n’aurai pas de problème plutôt que d’essayer de revenir le plus vite possible sur le court et me retrouver avec encore des problèmes de santé ».

Enfin, Jérémy Chardy « regrette d’avoir fait le vaccin. Le problème, c’est qu’on n’a pas de recul sur le vaccin. Il y a des personnes qui ont eu des choses similaires, mais les durées ont été vraiment différentes ».

Hélas pour Jérémy, les carrières détruites par (((Pfizer))) ne sont pas remboursées par la Sécurité Sociale.

Commentez l’article sur EELB.su